Lola Folding. Un spectacle de Brico Jardin mis en scène par Ariane Catton. Un livre-disque édité chez Notari

LOLA FOLDING

2013

Lola Folding a neuf ans. À neuf ans, on ne résiste pas à l’aventure. On est soi-même une aventure. Et si votre grand-mère vous disait : « Ne touche pas à ça, c’est défendu », que feriez-vous ? Quand on a neuf ans et qu’on s’appelle Lola Folding, on n’en fait qu’à sa tête et on plonge - tête la première - dans l’album d’images de Grandma qui n’avait qu’à pas jouer les cachottières.


Au fil des pages et des photographies qui prennent vie, Lola creuse sa propre mémoire et celle de sa famille : un grand-père inventeur de machines infernales, une maman ex-super héroïne, quatre cousines jumelles diaboliques et un papa robot ménager. Le personnage de Grandma Folding, menacé par l’inquiétante Femme Poussière qui envahit peu à peu son appartement, confronte Lola à la douleur de la perte et de l’oubli des êtres aimés. En regard, Lola trouve dans l’album un abri hors du temps, un refuge dont les habitants photographiques ne vieillissent jamais, à l’image de la petite fille qui l’attend à la dernière page et qui s’avère être... la photo de sa grand-mère prise à l’âge de neuf ans. Tentée d’abord de rester pour toujours auprès de sa fabuleuse famille de papier, Lola prendra peu à peu conscience que ce monde des souvenirs n’existe qu’à travers le regard des vivants et qu’à l’instar de sa grand-mère, il lui appartient de remplir son propre album avec les images de sa propre vie.


Voyage jubilatoire au pays des souvenirs, Lola Folding est aussi traversé d’interrogations qui appartiennent autant à l’enfance qu’à l’âge adulte : « Qui étaient mes parents avant que je sois là ? Comment se sont-ils rencontrés ? Qu’y avait-il avant eux ? Que deviennent les gens et les souvenirs une fois qu’on les a oubliés ? » Ici, la musique s’écoute, se regarde, se goûte, se danse ; elle se visite, comme un musée intime, agité avec malice par l’enfance qui crie à l’avenir que la curiosité est la plus jolie des qualités. Ici, la mémoire est le terrain de jeu, le lieu où réinventer le passé pour mieux appréhender le présent. Ici les Folding, famille foldingue. Ici Lola, aventurière intérieure.


Céé au Théâtre Am Stram Gram à Genève. En tournée : Arc en Scènes (La Chaux-de-Fonds), Scène nationale de Sénart, Théâtre de Vevey, 

Nuithonie (Villars-sur-Glâne), Le Petit Théâtre (Lausanne)

Lola Folding de Brico Jardin
Lola Folding de Brico Jardin
Lola Folding de Brico Jardin

UN LIVRE-DISQUE

publié aux éditions Notari, Genève.

Avec les illustrations de Mara Cerri

42 CHF - ISBN 978-2-940408-84-9

www.editionsnotari.ch

Lola Folding de Brico Jardin. Image de Mara Cerri
Lola Folding de Brico Jardin. Image de Mara Cerri
Lola Folding de Brico Jardin. Image de Mara Cerri
Lola Folding de Brico Jardin. Image de Mara Cerri

DISTRIBUTION

texte Marc Jeanneret

musique Simon Aeschimann 

avec Mariama Sylla, Simon Aeschimann, Pascal Jean, Marc Jeanneret, Stéphane Mayer, Yael Miller, Stéphane Augsburger

Mise en scène & décor Ariane Catton Balabeau & Brico Jardin 

Création lumière Yvan Cavazzana 

Sonorisation et régie son, vidéo Christophe Suchet 

Films d’animation Janice Siegrist 

Costumes Verena Dubach et Marion Schmid 

Construction décor Ateliers du Lignon 

Construction machine Guillaume Arlaud Musique 

enregistrée par Benjamin Vicq et mixée par Bertrand Siffert avec Rada Hadjikostova, Camille Stoll, Marion Rolland, Katerina Gancheva, Thierry Debons, Béatrice Zawodnik 

Coproduction Compagnie Brico Jardin et Théâtre Am Stram Gram, Genève. Avec le soutien de la Société Suisse des Auteurs, de la Fondation Ernst Göhner, de la Loterie Romande, de l’Etat de Genève, de la Fondation Barbour et de Pro Helvetia.


PRESSE

« Recommandé sans réserve »

RTS, Thierry Sartoretti, 3 mars 2014


« Opéra rock déjanté, Lola Folding questionne le souvenir et le sens de l'existence, tout bonnement, mais avec fougue. Un spectacle sensible et survitaminé à découvrir dès 8 ans. »


LE COURRIER, Cecile Dalla Torre, 5 mars 2014

« Brico Jardin enchante Petits et grands à Am Stram Gram (...). Une communion telle qu'on ne les vit qu'au théâtre. »


LA TRIBUNE DE GENEVE, Katia Berger, 6 mars 2014

« Dans ce conte musical rock créé par une bande de musiciens genevois inventifs et bourrés de talent apparaît en filigrane le temps qui passe et ses corollaires : le souvenir, la mort, la transmission. C’est singulier, surréaliste mais aussi plein de fantaisie et extrêmement drôle... »